Mortalité par maladies de l’appareil respiratoire, Québec et comparaisons internationales

1. Maladies de l’appareil respiratoire
2. Pneumonies

1. Maladies de l’appareil respiratoire

Situation actuelle

Parmi les 20 états comparés, le Québec et le Canada se positionnent au milieu du classement chez les hommes pour le taux de mortalité par maladies de l’appareil respiratoire. Les taux les plus faibles sont enregistrés en Finlande, en Suisse et en Suède. À l’inverse, l’Irlande et le Royaume-Uni se démarquent avec des taux nettement plus élevés que les autres pays.

Chez les femmes, le Québec et le Canada se situent également au milieu du classement. La Finlande se démarque avec un taux très faible alors que trois pays nordiques, l’Irlande, le Royaume-Uni et le Danemark affichent les taux les plus élevés.

Écarts hommes-femmes

Les hommes présentent par rapport aux femmes des indices de surmortalité par maladies de l’appareil respiratoire qui varient, d’un pays à l’autre, entre 126 et 261. Les indices sont de l’ordre de 131 au Québec et de 138 au Canada. Des indices supérieurs à 200, indiquant des taux masculins de plus du double des taux féminins, sont observés pour le Japon, la Finlande, l’Espagne et l’Italie.

Variation récente

Chez les hommes, de 2006 à 2017, la mortalité par maladies de l’appareil respiratoire a diminué de 18 % au Québec et de 15 % au Canada. Les Pays-Bas et la Finlande se positionnent au haut du classement avec des chutes de la mortalité par maladies de l’appareil respiratoire de plus de 30 %.

Chez les femmes, en 2017, la mortalité par maladies de l’appareil respiratoire est plus élevée qu’en 2007 dans neuf états dont le Québec. L’Australie et la Suède affichent les hausses les plus fortes. Le Japon et la Finlande montrent les diminutions les plus importantes. Au Canada, les taux de 2007 et 2017 sont semblables.

2. Pneumonies

Situation actuelle

Tant chez les hommes que chez les femmes, le Québec et le Canada se situent au milieu du classement, parmi les pays de l’OCDE comparés, pour ce qui est de la mortalité par pneumonie. Chez les hommes, le Japon se démarque nettement des autres états avec un taux nettement plus élevé que les autres pays. Chez les femmes, en plus du Japon, le Royaume-Uni et l’Irlande affichent les taux les plus élevés. À l’inverse, la Finlande bénéficie de la mortalité la plus faible par pneumonie tant chez les hommes que chez les femmes.

Écarts hommes-femmes

D’un pays à l’autre, l’indice de surmortalité masculine par pneumonie varie de 103 en Nouvelle-Zélande à 232  au Japon.  Le Québec et le Canada présentent respectivement des indices de surmortalité masculine de 119 et de 127.

Variation récente

Chez les hommes comme chez les femmes, trois états ont subi une augmentation de la mortalité par pneumonie entre 2007 et 2017, le Québec, la Nouvelle-Zélande et l’Italie. À l’opposé, la Finlande, les Pays-Bas et le Japon enregistrent des baisses de plus de 40 %.

 

Les commentaires sont fermés