Mortalité par maladies de l’appareil circulatoire, Québec et comparaisons internationales

1. Maladies de l’appareil circulatoire
2. Cardiopathies ischémiques
3. Maladies cérébrovasculaires

1. Maladies de l’appareil circulatoire

Situation actuelle

Chez les hommes en 2017, le taux  de mortalité par maladies de l’appareil circulatoire du Québec est le deuxième plus faible, derrière le Japon, parmi 20 états les plus industrialisés . Le Canada se positionne au 54e rang. Les taux les plus élevés sont observés pour la Finlande, l’Allemagne et l’Autriche.

Chez les femmes, le Québec se situe au 3e rang derrière le Japon et la France et devant le Canada. L’Autriche et l’Allemagne se démarquent avec des taux bien plus élevés que les autres pays.

Écarts hommes-femmes

Les hommes présentent par rapport aux femmes des indices de surmortalité par maladies de l’appareil circulatoire qui oscillent, d’un pays à l’autre, entre 129 et 168. Avec un indice de 146, le Québec se situe dans la moyenne des états. Le Canada se positionne un peu plus loin avec un indice de 151.

Variation récente

Chez les hommes, de 2007 à 2017, la diminution de la mortalité par maladies de l’appareil circulatoire oscille entre 14 % et 36 %, selon le pays. Le Québec se situe au 13e rang et le Canada au 14e rang avec des baisses respectives de 25 % et 24 %.

Chez les femmes, la diminution de la mortalité par maladies de l’appareil circulatoire varie, d’un pays à l’autre, entre 14 % et 34 %. Le Québec et le Canada  se situent aux 11e rang et 17e rang. Tnt chez les femmes que chez les hommes, les États-Unis enregistrent les baisses les plus faibles.

2. Cardiopathies ischémiques

Situation actuelle

Le Québec se classe au 8e rang chez les hommes pour le taux de mortalité par cardiopathies ischémiques alors que le Canada se retrouve au 12e rang. Les taux les plus faibles sont enregistrés par le Japon, la France et les Pays-Bas. La Finlande se détache des autres pays par son niveau élevé de mortalité.

Chez les femmes, le Québec et le Canada se classent respectivement aux 10e et 13e rangs. Les trois premières places sont occupées par les mêmes pays que chez les hommes. Et, comme chez les hommes, la Finlande et l’Autriche se retrouvent aux derniers rangs.

Écarts hommes-femmes

L’indice de surmortalité par cardiopathies ischémiques des hommes par rapport aux femmes fluctue, d’un pays à l’autre, entre 170 et 262. Le Québec se situe au 4e rang avec un indice de surmortalité de 183 et le Canada au 9e rang avec un indice de 196. En France, l’indice de surmortalité des hommes atteint 262 %.

Variation récente

De 2007 à 2017, la mortalité par cardiopathies ischémiques a diminué chez les hommes de 24 % à 46 %, selon le pays. Le Québec affiche une chutes de mortalité de 38 % en 10 ans alors que le Canada enregistre une baisse de 32 %.

Chez les femmes, la diminution de la mortalité par cardiopathies ischémiques varie entre 28 % et 47 %. Le Québec se situe au 11e rang et le Canada au 14e rang.

3. Maladies cérébrovasculaires

Situation actuelle

Chez les hommes, le Québec se démarque des autres états comparés par son faible niveau de mortalité par maladies cérébrovasculaires. Le Canada se situe au troisième rang, derrière la Suisse et le Québec. L’Italie et la Finlande se positionnent au bas du classement avec des taux  presque le double de celui du Québec.

Le Québec se classe également au premier rang chez les femmes suivi de la France, de la Suisse et du Canada. À l’opposé, les taux les plus élevés sont observés pour la Nouvelle-Zélande et l’Italie.

Écarts hommes-femmes

Les hommes affichent par rapport aux femmes un faible indice de surmortalité de 112 au Canada et de 110 au Québec. L’indice atteint un sommet de 164 au Japon. À l’inverse, en Nouvelle-Zélande, l’indice est inférieur à 100, ce qui indique que les femmes enregistrent une mortalité par maladies cérébrovasculaires supérieure à celle des hommes.

Variation récente

Chez les hommes, la diminution entre 2007 et 2017 de la mortalité par maladies cérébrovasculaires se situe, selon le pays, entre 13 % et 38 %. Les baisses observées pour le Québec et le Canada sont parmi les plus faibles, respectivement de 21 % et de 26 %.

Chez les femmes, la diminution de la mortalité par maladies cérébrovasculaires oscille entre 11 % et 40 %. Le Québec présente une baisse de 19 % alors que celle du Canada se situe à 27 %. La baisse observée au Québec est la plus faible après celle enregistrée aux États-Unis.

Les commentaires sont fermés