Espérance de vie, Québec et comparaisons canadiennes

1. Espérance de vie à la naissance
2. Espérance de vie à 65 ans

Voir également Espérance de vie, Québec et Canada, séries chronologiques.

L’espérance de vie au Québec : une richesse collective.

1. Espérance de vie à la naissance

Situation actuelle

En 2017-2019, l’espérance de vie à la naissance des hommes du Québec est de 81,09 ans. Elle se situe au sommet des provinces canadiennes et dépasse de plus d’un an l’espérance de vie des hommes de la Colombie-Britannique et de l’ensemble du Canada.

Chez les femmes, le Québec, à 84,53 ans dépasse la moyenne canadienne de 0,36 an et surpasse légèrement celle de l’Ontario. La Colombie-Britannique affiche la valeur la plus élevée à 84,80 ans.

Écart hommes-femmes

C’est au Québec que l’on enregistre le plus faible écart d’espérance de vie à la naissance entre les hommes et les femmes, 3,44 ans. En Colombie-Britannique, l’écart atteint 4,81 ans.

Variation récente

Entre 2000-2002 et 2017-2019, l’espérance de vie à la naissance au Québec a augmenté de 4,78 ans chez les hommes et de 2,68 ans chez les femmes. Chez les hommes et les femmes, le Québec présente la hausse la plus élevée.

Au cours de la dernière année, l’espérance de vie au Québec s’est accrue de 0,23 an chez les hommes et de 0,22 an chez les femmes. Ces hausses sont plus élevées qu’ailleurs au Canada.

2. Espérance de vie à 65 ans

Situation actuelle

Chez les hommes, le Québec affiche une espérance de vie à 65 ans, 19,60 ans, légèrement supérieure à celle de l’ensemble du Canada, 19,40 ans. En Colombie-Britannique, la durée de vie à 65 ans atteint  20 ans. Chez les femmes, le Québec se situe sous la moyenne canadienne alors que la Colombie-Britannique enregistre la longévité la plus élevée.

Écart entre les sexes

D’une province à l’autre, les hommes accusent par rapport aux femmes un retard se situant entre 2,43 ans et 2,77 ans. C’est au Québec que l’écart entre les deux sexes est le plus faible.

Variation récente

Les gains d’espérance de vie à 65 ans ont été plus élevés chez les hommes que chez les femmes.  Le Québec chez les hommes et l’Ontario chez les femmes montrent les hausses les plus importantes.

Les commentaires sont fermés