Mortalité par tumeurs malignes, Québec et Canada, séries chronologiques

1. Tumeurs malignes
2. Cancer du poumon
3. Cancer colorectal
4. Cancer du sein
4. Cancer de la prostate

1. Tumeurs malignes

En 2016, les hommes du Québec présentaient un taux de mortalité par tumeurs malignes supérieur de 10 % à celui des hommes du Canada. De 2000 à 2016, la mortalité par tumeurs malignes a diminué de 38 % chez les Québécois et de 23 % chez les Canadiens.

 

En 2016, les Québécoises affichaient par rapport aux Canadiennes une surmortalité par tumeurs malignes de 9 %. La baisse de la mortalité entre 2000 et 2016 a été moins importante chez les femmes que chez les hommes, 10 % chez les Québécoises et 14 % chez les Canadiennes.

 

2. Cancer du poumon

Par rapport aux Canadiens, les Québécois enregistraient en 2016 une surmortalité par cancer du poumon de 33 %. De 2000 à 2016, la mortalité par cancer du poumon a baissé d’un peu plus de 30 % chez les hommes des deux régions.

 

 

 

Chez les femmes du Québec, le taux de mortalité par cancer du poumon est 22 % plus élevée que chez celles du Canada. De 2000 à 2016, la mortalité des femmes est demeurée relativement stable au Canada alors qu’elle a augmenté de 13 % au Québec. Après avoir atteint un sommet en 2012, la mortalité par cancer du poumon des québécoises tend à diminuer depuis ce temps.

3. Cancer colorectal

La mortalité par cancer colorectal chez les hommes est 20 % plus élevée au Québec qu’au Canada. Entre 2000 et 2016, les taux liés à cette cause de mortalité ont diminué de 25 % au Québec et de 19 % au Canada.

 

Chez les femmes, le Québec enregistre une surmortalité par cancer colorectal de 23 % par rapport au Canada. Entre 2000 et 2016, la diminution de la mortalité a été au Québec de 13 % et au Canada de 14 %.

 

 

4. Cancer du sein

En 2016, la mortalité par cancer du sein au Québec est comparable à celle du Canada. La diminution observée entre 2000 et 2016 a été d’un peu plus de 25 % au Québec et au Canada.

 

5. Cancer de la prostate

La mortalité par cancer de la prostate est plus faible de 10 % chez les hommes du Québec que chez ceux du Canada. Entre 2000 et 2016, le taux de mortalité a chuté de 34 % au Canada et de 40 % au Québec.

 

Les commentaires sont fermés