Mortalité par diabète, par maladie d’Alzheimer et par suicide, Québec et comparaisons internationales

1. Diabète
2. Maladie d’Alzheimer
3. Suicide

1. Diabète

Situation actuelle

Chez les hommes, le Québec arrive au 5e rang en ce qui concerne le taux de mortalité par diabète et le Canada au 13e rang. Les taux les plus faibles sont observés au Japon, au Royaume-Uni et en Finlande alors que l’Autriche ferme la marche avec un taux nettement plus élevé que les autres pays.

Chez les femmes, le Québec se classe au 6e rang et le Canada au 13e rang. Comme chez les hommes, le Japon, la Finlande et le Royaume-Uni affichent les taux de mortalité par diabète les plus faibles et l’Autriche le taux le plus haut.

Écarts hommes-femmes

Les indices de surmortalité des hommes par rapport aux femmes varient pour le diabète entre 129 en Suisse et 190 au Japon. Au Québec et au Canada, l’indice est respectivement de 151 et de 155 %.

Variation récente

Sauf en Finlande, dans tous les pays, la mortalité par diabète a diminué entre 2006 et 2016, chez les hommes. Le Québec se classe au haut du classement avec une baisse de 50 %. Le Canada se classe bien avec une diminution de 30 %.

Le Québec se distingue également chez les femmes avec une baisse de 50 %. Pour le Canada, la baisse est de 30 %. L’Australie et le Danemark se positionnent au bas du classement avec des baisses de 10 % ou moins.

2. Maladie d’Alzheimer

Situation actuelle

Chez les hommes comme chez les femmes, le taux de mortalité par maladie d’Alzheimer présente des variations importantes entre les pays. L’ampleur de ces variations pourrait laisser supposer que cette cause de décès n’est pas identifiée selon des critères comparables d’un pays à l’autre.

La Finlande enregistre des taux qui sont plus du double de ceux de tous les autres pays. À l’opposé, le Japon affiche des valeurs très faibles. De son côté, le Québec montre des taux qui le positionneraient au 18e rang tant chez les hommes que chez les femmes. Le Canada se classe un peu mieux avec une 8e place chez les hommes et une 9e place chez les femmes.

Écarts hommes-femmes

Contrairement aux autres causes de décès, on observe pour la maladie d’Alzheimer, dans tous les états, une mortalité plus élevée chez les femmes que chez les hommes. La surmortalité féminine varie, d’un pays à l’autre, de 105 % à 50 %.

Le Québec et le Canada se positionnent au milieu du classement avec des indices de surmortalité féminine de 137 et 132.

Variation récente

Dans la majorité des pays, le taux de mortalité par maladie d’Alzheimer a augmenté entre 2006 et 2016. Les fortes hausses enregistrées à certains endroits, notamment au Japon, aux Pays-Bas, au Royaume-Uni et en Finlande peuvent dépendre d’une amélioration dans l’identification de cette maladie comme cause de décès. Chez les hommes, le Canada, la Suisse, l’Autriche et le Québec ont vu une diminution de la mortalité entre 2006 et 2016. Chez les femmes, des diminutions ont été observées au Canada, en Suisse, au Québec et en Nouvelle-Zélande.

 3. Suicide

Situation actuelle

Chez les hommes, le Québec se positionne au 14e rang parmi 20 états pour la mortalité par suicide. Le Canada se classe plus favorablement, au 12e rang. Les taux les plus faibles sont observés en Italie, en Espagne et au Royaume-Uni et les plus élevés en Belgique, en Finlande, aux États-Unis, au Japon et en France.

Chez les femmes, dans la plupart des pays, le taux de mortalité par suicide est très faible. Le Québec arrive au 14e rang et le Canada au 13e rang. Comme chez les hommes, l’Italie, l’Espagne et le Royaume-Uni enregistrent les taux les plus faibles.

Écarts hommes-femmes

La mortalité par suicide touche beaucoup plus les hommes que les femmes. D’un pays à l’autre, l’indice de surmortalité masculine oscille entre 214 et 392. Au Canada et au Québec, l’indice se situe autour de 300.

Variation récente

Chez les hommes, la majorité des pays enregistrent une baisse de la mortalité par suicide entre 2006 et 2016. Le Québec a vu son taux diminuer de 17 % alors qu’il a augmenté de 4 % au Canada. La plus forte baisse a été observée au Japon avec une chute de 32 %. À l’opposé, les États-Unis, les Pays-Bas et l’Australie présentent une hausse de 10 % ou plus.

Chez les femmes, les variations dans le temps de la mortalité par suicide peuvent être imprécises compte tenu du faible niveau des taux. Il est donc difficile de dégager des tendances précises.

Les commentaires sont fermés