Le Québec se démarque davantage par son état de santé que par son économie

Pour quantifier la richesse collective des Québécois, des mesures telles que le produit intérieur brut ou le revenu disponible par habitant sont régulièrement utilisées. Ces mesures de la dimension matérielle de la richesse tendent à illustrer une situation défavorable pour le Québec, lorsque des comparaisons sont établies sur les plans canadiens et internationaux.

Cependant, la richesse matérielle ne constitue qu’un élément parmi d’autres permettant d’établir le bien-être et le développement humain d’une population. La culture, le climat social, l’éducation et surtout la santé sont d’autres dimensions importantes dont on doit tenir compte.

Prenons comme exemple, l’espérance de vie à la naissance, un indicateur largement répandu pour apprécier l’état de santé des populations. Les données disponibles les plus récentes pour le Québec et la plupart des pays développés portent sur l’année 20121. Le Japon et la Suisse dominent le classement avec une espérance de vie, sexes réunis, de 83 ans, soit environ 1,5 an de plus que le Québec qui se positionne au 7e rang comparativement aux pays de l’OCDE.

A.1 article 1

Par contre, en ce qui concerne le PIB par habitant, qui constitue un indicateur de l’activité économique d’un pays, le Québec se classe au 17e rang sur 20 états. L’Italie et l’Espagne, qui se situent aux deux derniers rangs pour le PIB par habitant montrent également une situation beaucoup plus reluisante en ce qui concerne l’espérance de vie. À l’inverse, les États-Unis se positionne au 3e rang pour le PIB par habitant mais au dernier rang pour l’espérance de vie à la naissance.

Portons maintenant notre attention plus spécifiquement sur le Canada et les États-Unis. Le graphique ci-dessous présente le classement des provinces canadiennes et des états américains selon l’espérance de vie à la naissance, sexes réunis, et le revenu disponible des ménages par habitant. Ce dernier indicateur permet de mesurer le pouvoir d’achat d’une population après déduction des impôts et des cotisations diverses.

A.2 article 1

Ainsi, le Québec se classe au 3e rang parmi les 60 provinces et états pour l’espérance de vie à la naissance, sexes réunis, mais au 59e rang pour le revenu disponible. Ainsi, dans aucun état américain, la population vit plus longtemps qu’au Québec, même dans les états ayant un revenu disponible de plus du double de celui du Québec. Les données sur le revenu disponible par état américain et province canadienne montrent bien les écarts importants entre les niveaux d’imposition américains et canadiens. L’Alberta est la seule province dont le revenu disponible par habitant réussit à dépasser celui de quelques états américains. Mais du côté américain, une part du revenu disponible doit servir à payer des services de santé qui sont, du côté canadien, couverts par les impôts prélevés.

On peut toujours reprocher à l’espérance de vie d’être une mesure de quantité plutôt que de qualité de la vie. C’est pourquoi afin de comptabiliser uniquement les années vécues en bonne santé, plusieurs indicateurs regroupés sous le terme d’espérance de santé ont été développées. Les données les plus récentes montrent que parmi les provinces canadiennes, c’est au Québec que les gens vivent le plus longtemps en santé (Statistique Canada, 2012).

A.3 article 1

Si le Québec ne se démarque pas par ses indicateurs économiques, sa population se compare favorablement aux sociétés les mieux nantis du globe en ce qui concerne son état de santé. Ainsi, la richesse d’une population ne se mesure pas seulement en dollars mais aussi en années vécues.

Cependant des écarts importants d’espérance de vie et d’espérance de santé subsistent au sein de la population québécoise selon le lieu de résidence et le niveau socioéconomique. Le défi consiste à réduire ces inégalités afin que le fait de vivre longtemps et en santé soit accessible à tous et non pas seulement aux personnes les plus favorisées. Un exemple d’inégalités qui persistent au Québec concerne le Nunavik, cette région du Québec peuplée majoritairement de personnes d’origine inuite, où depuis près de 40 ans, l’espérance de vie à la naissance stagne à 66 ans alors que celle de l’ensemble du Québec dépasse maintenant 80 ans (voir autre article sur ce site).

  1. L’écart de 0,2 an entre l’espérance de vie du Québec et celle du Canada peut dépende du fait que la valeur du Canada se rapporte à l’année 2011 et celle du Québec à la période 2011-2013. Pour la période 2009-2011, le Canada et le Québec enregistrent des espérances de vie à la naissance identiques.
Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.