Faits saillants, Québec et comparaisons internationales

Rang du Québec selon différents indicateurs

Au plan international, parmi les 20 états comparés, le Québec se positionne favorablement aux principaux pays industrialisés en ce qui concerne l’espérance de vie à la naissance des hommes et des femmes, la proportion de naissances de faible poids, le pourcentage de la population à faible revenu, la vente de litres d’alcool par habitant, la proportion de fumeurs quotidiens ainsi que la proportion de personnes à faible revenu.

0.1 Faits saillants int

À l’inverse, la comparaison défavorise tout d’abord le Québec en ce qui concerne les émissions atmosphériques par habitant pour plusieurs polluants : les oxydes d’azote, les composés organiques volatils, les oxydes de soufre et le monoxyde de carbone. Dans le cas du monoxyde de carbone, le Québec se classe même bon dernier.

Le Québec se situe également dans le dernier tiers en ce qui a trait à la proportion de personnes obèses, à la proportion de personnes âgées de 65 ans et plus, au pourcentage de personnes ayant un grade universitaire et au taux de mortalité infantile.

Rang du Québec selon différents indicateurs de mortalité chez les hommes et chez les femmes

Chez les hommes, comme chez les femmes, le Québec se classe avantageusement en ce qui concerne les niveaux élevés de l’espérance de vie à la naissance et à 65 ans. Cependant, l’examen du rang qu’occupe le Québec varie énormément d’une cause de décès à l’autre.

Chez les hommes, le Québec se positionne au premier rang parmi les 20 états comparés pour ses faibles taux de mortalité par maladies de l’appareil circulatoire, en général, et plus spécifiquement pour ceux liés aux maladies cérébrovasculaires. Le Québec se situe également parmi les meilleurs pour la mortalité par cancer de la prostate.

En revanche, le Québec affiche une position très défavorable chez les hommes pour les tumeurs, en général, pour le cancer colorectal et le cancer du poumon, le suicide et l’Alzheimer.

Chez les femmes, les Québécoises se retrouvent dans le premier tiers du classement pour les maladies de l’appareil circulatoire, dans leur ensemble, et plus particulièrement pour les maladies cérébrovasculaires.

À l’opposé, celles-ci se positionnent dans le dernier tiers pour l’Alzheimer, les tumeurs malignes, le cancer colorectal et surtout le cancer du poumon où elles occupent la dernière place du classement, les maladies respiratoires et le suicide.

Les commentaires sont fermés